Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Programme

17 janv. 2008 19:00 - 29 mars 2008

Pavel Brázda - La bête guette, la bête a tout son temps

Grande exposition retrospective - soirée inaugurale du Festival des 8

 

 

 

Sous le haut patronage de SEM Pavel Fischer, Ambassadeur de la République tchèque en France, en présence de l'artiste, de Miloslav Navrátil, commissaire de l’exposition, et de Jean-Gaspard Páleníček, commissaire général du festival.

  

Dans les années 90 où il commença à exposer dans son pays (à 65 ans !), Pavel Brázda fut tout d’abord considéré comme un inclassable outsider, certes original, mais totalement marginal. L’année dernière, dans l’enquête annuelle des historiens et théoriciens de l’art tchèques, il reçut le prix de la Personnalité de l’année 2006 et, après une grande exposition rétrospective au Musée d’art contemporain de la Galerie nationale à Prague, il est désormais considéré comme un des plus importants artistes tchèques du 20e siècle.

 

Pavel Brázda est issu de la famille des frères Čapek et, de fait, son œuvre se rapproche, dès ses débuts, de la sobriété de l’« art le plus modeste » pratiqué par son oncle Josef. Sa grand-mère eut pour second époux le poète, traducteur et conseiller légataire à l’Ambassade de la Tchécoslovaquie en France Josef Palivec, qui fut condamné en 1949 à vingt ans de prison, en marge du fameux procès-monstre avec Milada Horáková. Pendant la guerre, Brázda créa un mouvement nommé « hominisme » qui tire son inspiration du folklore urbain et se rapproche du réalisme magique du Groupe 42. Dans les années 50, alors que, sans qu’il le sache, ses œuvres préfigurent le pop art, Brázda connut le groupe Máj, fit connaissance avec les surréalistes du quartier de Spořilov, rencontra le chef de file du surréalisme tchèque, Vratislav Effenberger, se rapprocha de l’art informel tchèque, mais il ne s’identifia pour autant jamais pleinement avec le structuralisme abstrait et, face au caractère quelque peu idéologique du surréalisme, il se réfugia dans son propre espace personnel. Pendant la normalisation, il travailla comme ouvrier dans une chaufferie. A une époque où les choses semblent démesurément tragiques, son œuvre, faussement naïve, parfois proche de l’art brut, voit et retranscrit les choses de façon tout aussi démesurée, et avec des accents fortement existentiels. Jusqu’en 1989, il lui fut impossible d’exposer officiellement et la présente exposition, rassemblant des œuvres peintes dans l’underground culturel des années 50 et 60, est sa première en dehors de son pays.

Autant que son propre destin, l’œuvre de Brázda représente, hormis sa haute valeur artistique et éthique, un tableau saisissant de l’évolution de la Tchécoslovaquie et de la République tchèque au 20e siècle : de la réalité de la Seconde Guerre mondiale et de l’horreur de l’« édification du socialisme » des années 50, avec son optimisme forcé masquant l’oppression des camps de travail et des procès politiques, en passant par la tension des sourires figés de la « course khrouchtchevienne » avec l’Ouest et le marasme des années post-Printemps de Prague, revers de l’idylle imposée de la vie quotidienne sous le régime communiste, jusqu’à la déshumanisation du règne unilatéral du capitalisme frénétique de la fin du 20e siècle.

 

Exposition ouverte du 18 janvier au 29 mars, du mardi au vendredi de 13h à 18h, jeudi de 13h à 20h, samedi de 14h à 19h.

 

 

Le chiffre 8, à la fin de 2008, évoque plusieurs dates importantes dans l’histoire des pays tchèques : création de la Tchécoslovaquie en 1918 ; Congrès de Munich en 1938, décidant de l’annexion de la région des Sudètes par l’Allemagne nazie ; prise de pouvoir par les communistes en 1948 ; invasion soviétique en 1968. Toute l’histoire du pays au XXe siècle est là,  avec comme dernier tournant, brisant la chaîne des « 8 », la Révolution de velours de 1989. En ce sens, l'histoire tchèque du siècle passée apparaît comme un véritable sismographe de l'histoire européenne du XXe siècle. L’année 2008 s’impose ainsi pour rappeler ces moments marquants pour la République tchèque. Ce sera l'objet du Festival des 8 qui se déroulera tout au long de l'année 2008 et dont ce vernissage constitue la soirée inaugurale.

 

Entrée libre. 

 

Lieu:

18 rue Bonaparte
75006 Paris
France

Date :

A partir du : 17 janv. 2008 19:00
Jusqu'au : 29 mars 2008

Organisateur:

Centre tchèque


Me rappeler l'événement
Impossible de faire de rappel pour cet événement car il a déjà commencé