Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Programme

10 avr. 2014 19:00

Quand la musique raconte la Grande Guerre

Dans le cadre du partenariat avec Paris bibliothèques et le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux.

 

 

Aude Giuliano, accordéon

Karine Lethiec, alto et direction artistique

Un programme avec alto et accordéon, plein d’émotions, enlevées ou mélancoliques, qui raconte, en suivant le fil de l’histoire, l’aventure d’êtres humains dont les vies ont été bouleversées par le première guerre mondiale.

La fleur au fusil
On a souvent dit que ceux que l’on nommera les poilus étaient partis la fleur au fusil, pensant revenir victorieux en quelques semaines. Ils sont partis des chansons plein la tête : en effet les chansonniers ne se ménagent pas : Polin, Bach, Mayol, les “stars” de l’époque chantent des airs de soldats, faisant des tournées dans les armées.
Les compositeurs écrivent aussi la guerre, leur patriotisme, leur désespoir, leur pressentiment aussi parfois, comme Debussy qui, en 1913, écrit Des pas sur la neige, ce morceau qui « doit avoir la valeur sonore d’un fond de paysage triste et glacé ». Certains sont sur le front, comme Ravel qui conduit des poilus sur les lignes de Verdun, ou Durosoir qui passe plus de quatre ans sur les lignes, rencontrant d’autres musiciens avec lesquels il forme le groupe des “musiciens du Général” autour du Général Mangin.
La musique est également au cœur même de la guerre, puisque les signaux quotidiens des soldats sont sonores. Qu’il s’agisse de se lever, de manger, de manœuvrer, tous doivent avoir une oreille entraînée pour répondre à l’appel du clairon.

Un monde redessiné
En tissant des liens entre Musique et Histoire, Karine Lethiec nous raconte l’empire austro-hongrois, ses diversités de cultures et d’expressions musicales. Tout commence à Sarajevo : la guerre éclate ! Mais que veut dire “déclaration de guerre” pour les hommes qui la vivent ? C’est d’abord un quotidien : manger, boire, écrire, se laver… C’est aussi faire quelque chose de ses mains et de sa créativité ; ainsi naissent ces étranges objets de l’artisanat de tranchées : les vases-douilles, les mandolines-casques…
La Grande Guerre est à l’origine d’un immense bouleversement social et politique qui déchaîne une grande effervescence artistique. Les rôles de chacun sont réorganisés : des femmes occupent des places qu’on ne leur avait jamais vu prendre, des artistes deviennent soldats… Les équilibres entre pays sont totalement changés et redessinent la carte du monde : la Russie alliée est en révolution, l’entrée en guerre des États-Unis a un très fort impact sur son influence dans le monde, également dans le domaine musical, avec l’arrivée du jazz par exemple.

Une vision intimiste
Pour ce programme, l’Ensemble Calliopée a volontairement choisi cette petite formation qui peut se glisser dans bien des lieux et venir raconter, presqu’à l’oreille, cette histoire si intime finalement et si proche : celle de chacun de ces êtres humains, soldat, musicien, homme, femme aussi, qui ont peut-être été un arrière-grand-père soldat, une grand-tante infirmière, un père orphelin…

Programme musical :
Chansons La Madelon et Viens Poupoule
Sonneries d’ordonnance
Fritz Kreisler – Chant d’amour pour alto et accordéon
Kryštof Mařatka – Czardas, danse populaire, pour alto et accordéon
Maurice Ravel – Pièce en forme de Habanera pour alto et accordéon
Claude Debussy – Des pas sur la neige pour accordéon seul
Lucien Durosoir – Berceuse pour alto et accordéon
Josef Achron – Mélodie hébraïque pour alto et accordéon
Serge Rachmaninov – Vocalise pour alto et accordéon
Viktor Vlasov – Goulag pour accordéon seul
Rebecca Clarke – Duo pour alto et accordéon
Jean Sibelius – Valse pour alto et accordéon
Béla Bartók – Danses roumaines pour alto et accordéon
Scott Joplin – Ragtime pour alto et accordéon

 

Entrée libre sur réservation

Bibliothèque Buffon
15 Bis rue Buffon

75005 Paris
01 55 43 25 16
bibliotheque.buffon@paris.fr

 

L’Année de la musique tchèque

Sous le haut patronage de la mezzosoprano Magdalena Kožená

et du chef d’orchestre Sir Simon Rattle.
Sous la présidence d’honneur de Jiří Bělohlávek, chef de la Philharmonie tchèque,
et le patronage politique de Miloš Zeman, président de la République tchèque.

L’histoire des pays tchèques est mouvementée et a connu de nombreux revirements. De sorte que c’est souvent dans la culture, et notamment dans la Musique, que nous trouvons une continuité et un des éléments fondateurs de l’identité tchèque.

Les noms des compositeurs Bedřich Smetana, Antonín Dvořák, Leoš Janáček, Bohuslav Martinů, Josef Suk, Jan Dismas Zelenka et quantité d’autres, sont autant de personnalités reconnues dans le monde entier comme « typiquement » tchèques.

Il se trouve que les compositeurs cités, ainsi que bien d’autres encore, ont des comme dates-anniversaires des années terminées par le chiffre 4. C’est la raison pour laquelle, depuis longtemps déjà, ces années sont l’occasion de commémorations et de projets musicaux autant en Bohème que dans le reste du monde. Ainsi, en 1924 déjà, le centième anniversaire de la naissance de Bedřich Smetana avait donné lieu à des célébrations importantes. Cette coutume s’est depuis élargie à l’ensemble des personnalités musicales tchèques.

En 2014, le ministère de la Culture tchèque initie l’Année de la musique tchèque, en collaboration avec les ministères de l’Education, des affaires étrangères et du Développement régional. Elle proposera un très grand nombre d’activités – concerts, conférences, projections… – dédiées à la mise en valeur et à la réflexion au sujet de la musique tchèque dans son ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

www.yearofczechmusic.cz

Lieu:

Bibliothèque Buffon

Date :

10 avr. 2014 19:00

Organisateur:

Le Centre tchèque est coorganisateur de l'événement


Me rappeler l'événement
Impossible de faire de rappel pour cet événement car il a déjà commencé