Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Programme

25 janv. 2016 19:00

Minable Grand jeu

Un film documentaire de Martin Vadas, 2013, 1h27, VOST. La projection sera suivie d’un débat avec le réalisateur et l'historienne Françoise Mayer.

 

Le tournage du film documentaire Minable Grand jeu a duré 23 ans : son auteur n'a pu l'achever qu'une fois retrouvés les matériaux d'archives de l'ancienne Télévision tchécoslovaque des années 70. Le producteur, documentariste et caméraman Martin Vadas y analyse une affaire de « contrepropagande » à laquelle il fut mêlé à son insu, et qui commença par le tournage du film « documentaire » Le Grand jeu produit par la Télévision tchécoslovaque en 1974. Ce projet avait été préparé par le réalisateur Bohumil (Miloš) Pavlinec en collaboration avec des collaborateurs du Ministère de l’Intérieur et l’équipe de la Rédaction en chef pour la propagande et les films documentaires en 1973–74, mais finalement – après trois ans de développement – le film fut adapté aux circonstances du moment, terminé à la va-vite par des employés de la Rédaction générale de l’armée, du service militaire et de la sécurité et diffusé le 23 janvier 1977 après les journal télévisé.

Martin Vadas mène ensuite une enquête autour d’images d’archives auprès du caméraman Kristián Hynek, de Pavel Tirgid et du metteur en scène Ota Ornest (1913-2002). Ornest, également comédien, traducteur et ancien directeur de Théâtre municipaux de Prague entre 1950 et 1972, était devenu sans le vouloir le personnage central du film le Grand jeu. Mais il l’était devenu bien avant qu’il soit arrêté en 1977 par la Police d’Etat, qui surveillait depuis plusieurs années déjà et se préparait à tirer profit de son enquête à des fins de propagande. La justice communiste voulait le condamner pour espionnage au profit des pouvoirs occidentaux. On le menaça d’une peine très haute à laquelle il aurait pu ne pas survire. Ainsi, avec ce film, les « Normalisateurs » communistes décidèrent de faire d’une pierre deux coups : de déchaîner la « haine du peuple des travailleurs » envers « les vendus et les usurpateurs », mais aussi envers ce réalisateur à la retraire, amateur d’art et de littérature. Comme en témoignent de nombreux articles de l’époque, il fut choisi simplement parce qu’il avait cherché à diffuser la littérature tchèque à l’Ouest. Finalement, on lui proposa un marché : l’inculpation d’espionnage pourrait être réduite à une simple « atteinte à la république », accusation aux conséquences moins sévères, en échange d’une confession publique diffusée à la télévision. Le témoignage en question, qui n’eut pas de rediffusions, fut filmé par les employés de la Télévision tchécoslovaque assistés de hauts fonctionnaires du Ministère de l'Intérieur, directement à la prison de Ruzyně et constitue jusqu’à ce jour une des images les plus glaçantes de la période de la Normalisation.

Enfin, le réalisateur s’interroge sur l’impact qu’eut Le Grand jeu lors de sa diffusion en janvier 1977 sur les téléspectateurs, sur ses auteurs, et élargit sur le contexte des purges d’alors au sein de la télévision.

Minable Grand jeu comporte les commentaires des historiens Petr Blažek et Petr Cajthaml, ainsi que les témoignages, entre autres, d’Ota Ornest, Marie Rut Křížková, Elzbieta Ledererová, le caméraman Kristián Hynek, le réalisateur Tomáš Bílý et Milan Šmíd.

 

Martin Vadas

Martin Vadas a achevé ses études de caméraman à l’Académie de cinéma de Prague FAMU avec le long métrage de fiction Eugène parmi nous de Petr Nýdrle. Il a ensuite enseigné à la Chaire du film documentaire de la FAMU, de 1980 à 2002. En 1992, il fut rédacteur en chef des émissions d’information de la Télévision tchèque. Parmi ses œuvres majeures, mentionnons le film documentaire Un pays sans héros, un pays sans criminels… (1996), le documentaire La Vraisemblable Histoire de Vladimír Hučín (2006) ou la phénoménale reconstruction du procès avec Milada Horáková que constitue le cycle de films Le Procès H (10 x 52 min, 2009). Il fut également le réalisateur de la série satirique Vingt-deux (1997-1999).

Depuis 1990, Martin Vadas est membre de l’Union tchèque pour le cinéma et la télévision, il fut membre de son conseil d’administration en 2000-2001, en fut vice-président en 2012 et en est le président depuis 2014.

 

Salle Janáček

Entrée libre

 

 

Lieu:

18 rue Bonaparte
75006 Paris
France

Date :

25 janv. 2016 19:00

Organisateur:

Centre tchèque


Me rappeler l'événement
Impossible de faire de rappel pour cet événement car il a déjà commencé