Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Programme

22 mai 2018 00:00 - 27 mai 2018 00:00

Marie Tučková ~ HOUSE, STREET & HEIRLOOM

Artiste intérmedia tchèque Marie Tučková se présentera pendant le workshop qui regroupe l’ensemble des acteurs du projet en région parisienne. Le workshop sera organisé par la galerie Mains d'Œuvres du 22 au 27 mai 2018. Définition collective du projet : Comment les propositions individuelles s’agencent entre elles? Quelle est la rôle de l’écriture chorégraphique?

 

DANSE, ART VISUEL
Durée : environ 1h

Sachez que vous êtes les bienvenus pendant le workshop pour rencontrer les artistes et discuter du projet. La restitution publique aura lieu le dimanche 27 mai, de 15h à 16h à Mains d'Oeuvres, en studio de danse.

CONCEPTION ET MISE-EN-SCÈNE 

Sarah Mercadante

EQUIPE PRESENTIE 

Chrorégraphie : Nawel Oulad
Conception des modules chorégraphiques : Sophie Dupont (1975, DNK), Lina Lapelyte (1984, LTU), Damien PELLETIER-BRUN (FR), Marie Tučková (1994, CZE).

SYNOPSIS

La commissaire d’exposition Sarah Mercadante nous livre une création atypique, comme un tableau vivant interrogeant la place de la femme dans la société contemporaine. Nourris par les lectures de Michelet et Picola Estes, elle nous dévoile le destin d’une femme en lutte contre les dogmes patriarcaux et qui voit ses combats et sa personne chuter sous l’oppression sociale du groupe. Jusqu’au point de non retour où, rappelée par sa nature sauvage, elle embrasse les histoires de toutes les femmes et se réveille enragée, brulante, vibrante.La pièce introduit les métamorphoses de cette femme en invitant 4 artistes du champ des arts plastiques et une chorégraphe à construire et déployer des modules chorégraphiques pour les danseur.seuse.s.

PROPOSITION DE SARAH MERCADANTE

La pièce HOUSE, STREET & HEIRLOOM est née d’un besoin de créer un projet artistique hybride et expérimental, à la croisée des arts visuels, de la chorégraphie et du spectacle - je serais presque tentée par le terme show en gardant les connotations qu’y apporte la langue française : des lumières, de la musique, quelque chose d’éblouissant et d’énergique.Je ne souhaite pas réaliser une exposition. En effet, un tel format induit sûrement une alternance oeuvre active/oeuvre passive déterminée par un événement (le vernissage, un temps fort) ou un créneau horaire. Je souhaite ne pas livrer ce projet à un seul espace et avec une temporalité longue.Aussi, déplacer la sculpture hors de ses limites des Beaux-Arts et la réintroduire dans la réalité des objets usuels, qu’elles prennent vie sur scène, était mon soucis principal.J’ai également choisi d’aborder les problématiques féministes par le biais de la sorcière, qui incarne ici une figure de la résistance des femmes à l’encontre de leur statut et place dans l’ordre social.Je suis partie du portrait de la femme tentée par le démon dans « La Sorcière » de Michelet. Elle y tient une place unique de fille/femme/veuve et évolue principalement dans un environnement domestique. Lorsqu’elle se livre au diable, elle se réempare de l’espace public et incarne une figure de la résistance des femmes à l’encontre de leur statut et place dans l’ordre social. Elle se détache des dogmes et coutumes de son époque, loin de l’appropriation privée (un mari ou un père).Au contraire, l’appropriation collective de la figure de la sorcière, témoigne d’un possible, une transformation identitaire : la sorcière devient le “potentiellement activable” de chaque femme.

LES ARTISTES

MARIE TUČKOVÁ

Marie Tučková est née en 1994. Elle était étudiante d’Aleksandr Vajd et Martin Kohout à l’Academy of Arts, Architecture and Design de Prague. En 2017, elle passe un semestre à l’Academy à Jerusalem sous la direction du mathématicien Miri Segal. Marie Tučková tire son inspiration de son ancienne formation musicale et théâtrale qu’elle a récemment reprise.En 2017, la House of Art of the City de Brno a soutenu les étudiantsdes universités tchèques et slovaque via le 8eme prix Exit. Le gagnant de ce prix, qui était Marie Tučková en 2017, a obtenu un exposition personnelleà la G99 Gallery. Le Prix Exit est annoncé par la Faculty of Art and Design de la Jan Evangelista Purkyně University in Ústí nad Labem.

FORMATION :
2014 : Academy of Arts Architecture and Design, 
Prague2017 : Bezalel Academy, Jerusalem


SOPHIE DUPONT

La recherche et la production du projet sont soutenues par la Danish Arts Foundation

Depuis sa première performance en 2010, Sophie Dupont utilise son corps comme un intrumen et fondement pour une recherche existentielle et poétique sur ce que signifie être humain. A travers ses oeuvres ritualisées et strictement chorégraphiées, l’artiste rend palpable ses expériences de la danse et de la peinture. Son travail performatif est souvent physiquement et mentalement exigeant, et basé sur des éléments comme des poids, des balances et des masses, tout comme le relation figure-fond, l’abstraction et la figuration sont mises en jeu commequestions centrales en peinture. Influencée par la performance du XXe siècle et les avants-gardes, mais également par l’art primitif, la phycologie et la philosophie orientale, ces éléments sont utilisés pour explorer les différentes manières d’être présent sur terre.

FORMATION :2007: MFA from The Royal Danish Academy of Fine Arts, Copenhagen, Denmark2003: BFA from The Royal Danish Academy of Fine Arts, Copenhagen, Denmark1997: London Contemporary Dance School

LINA LAPELYTE

La pratique de Lina Lapelyte, basée sur la performance, est ancrée dans la musique et flirte avec la pop culture, les stéréotypes de genre, le vieillissement et la nostalgie.Lina explore les formes contemporaines reliées aux rituels et à la musique populaires, ainsi qu’à l’opéra. Ses oeuvres sont alimentées par des expressions marquées par le pasticge et le grotesque, la musicalité contextuelle et conceptuelle, les influences du théâtre et sa mise en scène.

FORMATION :2013 : MA in Sculpture from the Royal College of Art, London2009 : BA in Sound Arts, London College of Communication, London2006 : BA in classical violin, Lithuanian Academy of Theatre and Music

DAMIEN PELLETIER-BRUN

La recherche de Damien Pelletier, en dialogue avec la recherche visuelle en anthropologie, se situe au croisement du cinéma documentaire, de l’art vidéo et des nouvelles technologies de l’image, ancrée dans des préoccupations citoyennes. Je m’applique à montrer, mettre en jeu et analyser des questions de contrôle, de rapports de force mais aussi d’interactions, de subjectivations et d’identités qui passent notamment par les régimes d’images actuels. A l’aune de l’anthropologie contemporaine je travaille sur des sujets concrets (vidéo surveillance, identité et genre, journalisme, …) dans un terrain de proximité, afin de « mettre en oeuvre », à la lumière des sciences sociales et de la philosophie analytique, notre rapport (occidental) au monde et à autrui, médiatisé par les images.

FORMATION :
2013 : HEAD, Genève
2010 : DNSAP, Beaux-Arts de Lyon

 

LA CHOREGRAPHE

NAWEL OULAD

Curieuse de comprendre ses origines et la société dans laquelle elle grandit, elle complète sa formation de danseuse par des études universitaires en sociologie et arts plastiques.Ouverte aux différentes formes dansées, formée au violoncelle ,au théâtre, au dessin et à la photographie ces différent médium viennent nourrir sa création et sa réflexion.Elle trouvera dans la danse contemporaine le corps engagé qu’elle recherchait, la possibilité de concilier les sciences sociales et l’ art .Le métissage, la recherche identitaire, l’urbanité, la confrontation entre les individus et leur aliénation dans notre société moderne, sont autant de sujets récurrents dans ses créations.Improvisatrice elle n’hésite pas à aller à la rencontre d’autres arts lors de performances dans des lieux les plus divers dans une danse toujours renouvelée.

 

ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

SARAH MERCADANTE

Commissaire d’exposition et critique d’art indépendante, Sarah Mercadante est diplômée de l’Université Paris 8 puis du Master Sciences et Techniques de l’Exposition de l’Université Paris 1, promotion 2012/2013.Sa pratique de commissaire est fortement marquée par ses expériences professionnelles dans le domaine de la production d’exposition : l’Institut d’art contemporain en 2013, l’association Bulb pour la mise en place du parcours Coordonnées, parcours d’art contemporain à Pantin en avril 2016 puis le Centre Pompidou-Metz, de juillet 2016 à juin 2017, en tant que Chef de projet sur les expositions « Oskar Schlemmer. L’homme qui danse » et « Fernand Léger. Le beau est partout ». Ainsi, elle développe des projets collégiaux où le commissaire devient tour à tour producteur, metteur en scène ou chef d’orchestre.

METHODOLOGIE DE TRAVAIL

Workshop # 1 : du 22 au 27 mai 2018, Mains d’Oeuvres, Saint-Ouen (93)Regrouper l’ensemble des acteurs du projet en région parisienne pour un workshop d’une semaine. Définition collective du projet : comment les propositions individuelles s’agencent entre elles? Rôle de l’écriture chorégraphique?
Jour 1 : Présentation des participants et de leurs travaux, orientation choisie pour le module chorégraphique.
Jour 2 et 3 : Exploration des thématiques du projet. Lectures, visites d’exposition, projections, travail en studio.
Jour 4 et 5 : Atelier d’écriture et mis en commun du matériel collecté.
Jour 6 : Présentation publique (format défini durant les 5 journées de travail

Plus d'informations sur le site web de la galerie MAINS D’ŒUVRES.

 

 

 

Lieu:

1 Rue Charles Garnier, 93400 Saint-Ouen

Date :

A partir du : 22 mai 2018 00:00
Jusqu'au : 27 mai 2018 00:00

Organisateur:

Le Centre tchèque est coorganisateur de l'événement


Me rappeler l'événement
Impossible de faire de rappel pour cet événement car il a déjà commencé