Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Programme

10 mars 2011 19:00 - 16 avr. 2011

Confluences du surréalisme

Exposition de Lanfranco et de Karel Zlín à la galerie Orenda

 

 

 

En association avec la Galerie Stefano CORTINA de Milan

 

LANFRANCO (Italie)

et

KAREL-ZLIN (Rep. tchèque)

Vernissage le 10 mars 2011 à 19h

L’atelier de l’artiste : Dépositaire des songes

 

La Barque de la nuit

La barque de la nuit et la barque du jour
Deviendront à la fin
L’unique
Barque solaire.

2-XII-2004[1]

 

L’atelier de Karel Zlin, Passage Ruelle, à Paris dans le 18e arrondissement, est riche en souvenirs, en trésors et en secrets. « C’est un peu comme le caveau de Toutânkhamon » dit-il, un espace trop étroit où sont accumulés œuvres, maquettes, ébauches, objets trouvés.

Placée en hauteur, contre l’un des murs, la maquette de La Barque solaire, précieuse esquisse en bois flotté de la sculpture monumentale en bronze du parc du château de Rambouillet, appelle le regard. Autour du chevalet, des toiles retournées, dont certaines, de très grand format, ont récemment quitté l’atelier pour la grande rétrospective organisée non loin de Prague, au Château Schwarzenberg (Hluboká) en mai 2010, ou pour des collections privées. Ainsi de l’hommage à De Chirico, exposé à Paris en 2009 à Paris, à la galerie Orenda, lors de l’exposition personnelle intitulée La Force du Destin.

Les œuvres disposées en cercle, telles des strates verticales, constituent des traces archéologiques d’une mémoire à la fois personnelle et universelle. On y remarque des statuettes africaines. Statuettes fang du Gabon pour la plupart, dont la présence silencieuse semble protectrice, et dont on retrouve les traits hiératiques, réinterprétés, dans quelques-unes des œuvres les plus récentes de Zlin, exposées au printemps 2011 à Paris avec celles du peintre italien Lanfranco[2].

Interrogé sur son attirance pour l’art africain, le peintre rend hommage à la grande créativité des sculpteurs de ce continent. La statuaire africaine lui permet, dit-il, de se libérer du lourd héritage européen, du carcan des courants et des modes. En Europe, chaque siècle apporte son héritage et le poids d’idéologies successives qui n’ont pas manqué d’influencer les courants artistiques jusqu’à aujourd’hui. L’avant-garde du vingtième siècle avait puisé dans la plastique des arts dits alors primitifs une force libératrice qui leur permettait de dépasser les modèles classiques. Comme la plupart des grands artistes européens du vingtième siècle : Picasso, Brancusi, Derain, Vlaminck , Giacometti et, plus récemment, Arman, il aime à s’entourer d’objets non-Européens dont l’audace formelle l’accompagne dans sa création.
Selon Karel Zlin, les arts africains ne sont pas sous-tendus par une idéologie : il y voit une représentation des esprits de la forêt, l’expression d’une étroite symbiose entre les humains et la nature. Il ne se considère pas comme un véritable collectionneur d’art africain, mais, à la manière des surréalistes, il chine et se rend souvent à Drouot en quête de trouvailles : cadres, masques, statuettes. Tel un ethnologue, il s’intéresse non seulement à la forme mais aussi à l’origine et à la fonction rituelle des objets.

À Drouot, il découvre, dans la multiplicité des œuvres qui sont données à voir, celles qui proviennent d’une autre culture et d’un autre continent. Selon lui, on remarque des affinités, on constate des ressemblances : les sculptures fang, par exemple, ressemblent aux têtes de Modigliani ; la sculpture romane est figée, en cela elle s’apparente à la sculpture égyptienne et à la sculpture africaine. Or, depuis la Renaissance, l’art européen est obsédé par le mouvement. Zlin trouve dans l’hiératisme de certaines traditions artistiques une majesté qui véhicule le sentiment du sacré. Pour reprendre ses propres termes : « C’est l’immobilisme qui monumentalise les formes ».

L’art européen, tout au long du vingtième siècle, s’est diversifié, renouvelé, au contact de ces arts lointains. Karel Zlin a acheté une statuette égyptienne en 1992, emblème de sa liberté créatrice. Cette fascination pour la statuaire égyptienne et fang est en parfaite adéquation avec sa prédilection pour les formes pures et son goût de la géométrie. On en retrouve des éléments dans ses compositions les plus récentes, note onirique qui contribue à sa méditation poétique, à sa recherche esthétique poursuivie avec constance depuis ses débuts pragois, son arrivée en France en 1976, héritier du mouvement informel tchèque, et jusqu’à aujourd’hui, à travers la peinture comme la sculpture. Il se place, comme poète et comme artiste, aux invisibles frontières du songe et du réel.

Marie Mauzé et Joëlle Rostkowski

 

[1] Karel Zlin. Vers l’Orient. Carnet de voyage. Alexandrie, Le Caire, Louxor , Abou Simbel, Le Dormeur du Val, 2005, p.37.

[2] Galerie Orenda, du 11 mars au 16 avril 2011.

 

ORENDA
54 rue de Verneuil
75007 PARIS.

Ouverture du mardi au vendredi de 14h à 19h et le samedi de 11h à 19h,
ainsi que sur rendez-vous.

Métro Rue du Bac / Solférino.
Parking Musée d'Orsay.

art@orenda-art.com
(+33) 1 49 26 90 09
(+33) 6 73 79 45 18

 

www.orenda-art.com

Lieu:

Galerie Orenda

Date :

A partir du : 10 mars 2011 19:00
Jusqu'au : 16 avr. 2011

Organisateur:

Galerie Orenda


Me rappeler l'événement
Impossible de faire de rappel pour cet événement car il a déjà commencé