Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Programme

5 nov. 2016 - 27 nov. 2016

Photographie tchèque et slovaque aux Rencontres parisiennes de la photographie contemporaine

Vernissage le samedi 5 novembre de 18h à 22h en présence de Peter Župník.

 

 

Artistes exposés : Barbora Bálková, Peter Župník.

 

Horaires : du samedi au lundi de 9h30 à 18h.

 

Marché Dauphine

132, 140 rue des Rosiers

93400 SAINT OUEN

Métro Porte de Clignancourt ou Garibaldi

 

Peter Župník est né à Levoča (Slovaquie) en 1961. Dans les années 1976-80 il étudie la photographie appliquée à l’Ecole secondaire des arts et métier de Košice. De 1981 à 1986 il poursuit des études supérieures de photographie artistique à l’université FAMU de Prague. Depuis 1987 il bénéficie du statut de photographe indépendant. En 1995 il quitte Prague pour Paris. Ses photographies ont été exposées dans les galeries dans le monde entier. Ses oeuvres figurent dans les nombreuses collections publiques : Maison européenne de la photographie, Centre Georges Pompidou, Fond national d’art contemporain, Musée de l’Elysée à Lausanne et dans d’autres institutions et collections privées.

 

Barbora Bálková

Née le 4 mars 1978 à České Budějovice, République tchèque

1992 - 96 - lycée

1996 - 2002 Faculté de pédagogie, enseignement à l’école de peinture ZUŠ-Vv

2000 - 06 Académie des beaux-arts de Prague / Atelier de communications visuelles de Jiří David, Atelier de peinture Vladimír Skrepl, Atelier de nouveaux médias de Veronika Bromová

2004 - stage dans l’atelier de photographie en studio de Rudo Prekop à l’Académie de cinéma FAMU de Prague

2004 - cofondatrice du groupe de trois artistes BaRaKa

2008 - 2009 Cours de deux ans d’art thérapie à l’institut VVAA auprès du psychologue et poète Miroslav Huptych

Depuis 2013, elle participe aux activités du groupe Représentation

En 2015, le Centre tchèque de Paris lui a organisé sa première grande exposition individuelle en France, dans le cadre de Paris Photo

 

http://lesrppc.com

www.zupnik.eu

www.barborabalkova.cz

 

 

La première édition des RPPC qui s’est tenue l’an dernier sur l’Esplanade des Invalides, était une phase de test. La reprise, au pied levé, du commissariat d’exposition fut comme un challenge. Il était question de voir comment en un mois, il était possible de réunir artistes-photographes, éditeurs, libraires, galeristes, partageant les mêmes affinités artistiques en un même endroit, et cela malgré la rusticité logistique, ainsi que le coût des stands. Il a fallu y croire et convaincre. J’ai pu me rendre compte, que lorsque l’on était soi-même acteur de la photographie, en ayant une pratique assidue, il était beaucoup plus simple d’avoir un langage commun au milieu, et ainsi fédérer ses «collègues», quelle que soit leur notoriété, et de leur transmettre l’envie de participer à l’aventure de cette « macro exposition».

C’est cette double casquette, ambivalente, qui a permis un choix rigoureux des artistes, pour le plus grand bonheur de tous, tant du côté du public que des professionnels présents.

Cette année, le décor est tout autre, et le succès de l’an dernier nous a permis de rebondir vers ce cadre prestigieux qu’est le Marché Dauphine. C’est un immense plaisir d’intégrer cet univers qui sait être luxueux sans pour autant être prétentieux. C’est précisément dans cette dimension humaine et économique que s’inscrit la mentalité des RPPC.

Les avantages du Marché Dauphine sont autant matériels qu’idéologiques. En premier lieu, nous sommes sous la halle, dans un lieu couvert, ce qui nous affranchit totalement des aléas météorologiques, contrairement à l’événement précédent qui se déroulait en plein air.

De plus les commerçants sont déjà sur place, dans leurs galeries. Il en résulte que la présence de l’artiste ou du galeriste n’est pas requise à temps plein. D’autre part nous allons pouvoir prolonger l’événement sur 4 week-ends, durant tout le mois de novembre, qui est celui de la photo à Paris. Ainsi, les RPPC se dérouleront du 5 au 27 novembre 2016, le vernissage général étant prévu le samedi 5 novembre 2016 avec une nocturne.

L’année dernière, de nombreuses personnes m’ont objecté la brièveté des RPPC. Ils n’ont pas pu voir l’événement car trop court. Cette année, le public aura le temps de partir à la découverte durant tout un mois.

Question mentalité, la simplicité des commerçants, ainsi que leur niveau de proximité d’avec le public, comme je l’ai dit plus haut, est en accord parfait avec l’esprit des RPPC. C’est cette ambiance, que nous avons voulue et que nous avons développée, et cela, pour nous démarquer des carcans sociaux que l’on retrouve dans la plupart des manifestations parisiennes. Tout en restant sélectifs et élitistes dans le contenu, conscient des impératifs et des enjeux économiques, nous sommes avant tout sur un évènement généreux axé sur le partage des savoirs artistiques et du plaisir qu’il génère. La charge émotionnelle qui se dégage du travail de chaque artiste et les sensations du public sont notre première préoccupation.

L’idée d’accessibilité de l’artiste et de ses œuvres, par le grand public (simples spectateurs ou collectionneurs), d’abolir cette ligne de démarcation implicite, est une chose à laquelle nous tenons. Aux RRPC tout un chacun peut trouver son bonheur : acquérir une œuvre selon son budget, avoir un échange humain avec l’artiste. Il ne s’agit pas ici d’aplanir les singularités des artistes mais bien de rendre la rencontre singulière avec l’artiste!

Les Puces de Saint Ouen, au cours des dernières décennies, ont regroupé de nombreuses galeries d’art et d’antiquité. Ils ont su, au fil du temps, acquérir une renommée internationale jusqu’à devenir le quatrième lieu en France le plus visité par les touristes du monde entier. J’ai pu constater, lors de gros événements thématiques, le niveau qualitatif de sa fréquentation, en y rencontrant de nombreux collectionneurs d’art, ayant eux-mêmes leur propre fondation. Comme à notre habitude, nous présenterons des extraits de collections privées, réunissant les grands maîtres de la photo. Cette exposition grand public sera le point de départ de la tonalité des RPPC.

Nous mettrons aussi à l’honneur plusieurs personnalités, mais surtout, et c’est là l’originalité de cette année, nous choisirons un artiste en devenir que nous mettrons en avant. Il était important, conformément à notre optique qui est celle du partage, de ne pas négliger un artiste qui mérite de sortir de l’ombre.

Enfin pour conclure, la particularité des RPPC est son fil conducteur, l’homogénéité de ce qui est présenté grâce à une thématique choisie, qui leur donne leur direction. Pour répondre au plus grand nombre, tout en restant dans un cadre précis, j’ai envisagé un thème qui puisse englober le pluralisme photographique : «  le réalisme symbolique en photographie ».

Nous espérons que cette nouvelle édition sera un énorme succès. Personnellement, je n’en doute pas un instant.

Jonathan Abbou

Fondateur,  commissaire

 

Proposé en collaboration avec l'Institut slovaque de Paris.

Lieu:
Marché Dauphine
Date :

A partir du : 5 nov. 2016
Jusqu'au : 27 nov. 2016

Organisateur:

Le Centre tchèque est coorganisateur de l'événement


Me rappeler l'événement
Impossible de faire de rappel pour cet événement car il a déjà commencé