Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Nouvelles

Décès du poète Prokop Voskovec

Le cœur lourd, nous vous annonçons le décès, mercredi 9 février 2011, après une longue et dure maladie, du poète et homme de théâtre tchèque Prokop Voskovec.

Prokop Voskovec est né le 21 janvier 1942 à Prague dans une famille importante pour la culture tchèque et pour les relations culturelles franco-tchèques : son grand-père, Soběslav Pinkas, a vécu en France en 1854-1868 et fut le fondateur de l’Alliance française en Bohême, son oncle, Jiří Voskovec, du fameux Théâtre libéré, a étudié en France, son père, lui aussi Prokop Voskovec, était traducteur de Jarry, Proust, Lautréamont et d’autres. Ce dernier fut également, en 1945-1948, chef du cabinet du ministre du Commerce étranger d’Hubert Ripka, ce qui fit tomber sur lui de sévères persécutions de la part du régime communiste. Dans les années 60, Prokop Voskovec est actif dans le théâtre et se rapproche du groupe surréaliste dirigé par Vratislav Effenberger. Il commence à publier au milieu des années 60, dans la revue Orientace, ainsi que dans le recueil collectif Le Point de vue surréaliste [Surrealistické východisko]. Avec le poète Petr Král, il monte, en 1960, Le Roi Ubu d’Alfred Jarry, première mise en scène de la pièce en Bohême après 1948. Il s’intéresse également au cinéma : il écrit entre autres la préface à une monographie dédiée à Federico Fellini. En 1968-69, il passe un an en France. Mais, contrairement à son ami Petr Král, il décide de rentrer au pays. Il travaille comme magasinier dans les imprimeries des éditions théâtrales Dilie, puis comme programmateur du théâtre Reduta. Cependant, il est rapidement victime de purges politiques et devient alors chef des dépôts de l’Institut oriental de la Galerie nationale de Prague. Il complète ses fins de mois comme gardien de nuit. Parmi les premiers signataires de la Charte 77, il devient l’objet de violentes persécutions de la part du régime. Sa citoyenneté tchécoslovaque lui est enlevée et, en 1979, il s’exile en France (son poste à l’Institut oriental est repris par l’artiste Viktor Karlík dont vous avez pu voir les œuvres au Centre tchèque l’été dernier). A Paris, il gagne sa vie comme coursier à moto. Il collabore également avec Pavel Tigrid au sein de la revue d'exil Svědectví, bête noire du régime communiste. Il est l’auteur de poèmes, d’essais et de traductions du français. Ses textes ont souvent une tonalité mélancolique emprise de tristesse, mais sont également pleins d’un humour insolite et d’(auto-)ironie. En 2007 paraît son premier recueil de poésie, Dos de livre [Hřbet knihy] et, en 2010, paraît sa pièce de théâtre, écrite en collaboration avec Petr Král, Scène poussiéreuse [Zaprášené jeviště].

 

http://www.radioservis-as.cz/archiv07/04_07/04titul.htm

 

La dernière fois que vous avez pu rencontrer Prokop Voskovec au Centre tchèque de Paris, ce fut en octobre 2008, lors d’une soirée littéraire en compagnie de ses amis Petr Král et Stanislav Dvorský, et de Jean-Gaspard Páleníček.

 

Un recueillement aura lieu au funérarium, 7 bd de Ménilmontant, à 13h30.

Suivra une cérémonie d'adieu au crématorium du Père-Lachaise, à 14h30.