Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Nouvelles

Paris-Prague jazz club : programmation avril-juin 2011

Le Paris-Prague jazz club est désormais un des rendez-vous favoris des amateurs de jazz parisiens. Vous y croiserez de nombreux étudiants tchèques et pourrez y goûter à la bière tchèque la moins chère de Paris ! Et cette année le Paris-Prague jazz club fête ses 10 ans !!! Avant un gros événement festif à l’automne, voici déjà la programmation du club pour avril-juin 2011…

  

  

 

 

 

 

 

David Rolland

 

Le Paris-Prague jazz club ouvre tous les vendredis de 19h à minuit (sauf vacances scolaires).

La musique commence à 20h30.

Programmateur associé : David Rolland.

 

Entrée : 5 €, tarif réduit : 3 €.

 

 

Vendredi 1er avril 2011

David Dorůžka Trio

Modern jazz

David Dorůžka, guitare ; Yoni Zelnik, contrebasse ; Karl Jannuska, batterie


David Dorůžka (né en 1980 à Prague) a commencé à jouer de la guitare à l’âge de dix ans, et à quatorze ans, il joue déjà avec des musiciens de premier plan sur la scène de jazz tchèque. Il fut membre du groupe Eye of the Hurricane et du trio de Jaromír Honzák. En 1995, il se voit décerner le prix « Talent de l’année » par la Société de jazz tchèque. Il joue sur des disques de Karel Růžička Jr. (Do You Know What I Mean, 1997) et Jaromír Honzák (Earth Life, avec le batteur Jorge Rossym, 1998) – tous deux « Albums de l’année » en République tchèque. En 1999-2002, David Dorůžka vit à Boston aux États-Unis, où il étudie la composition et l'improvisation au Berklee College of Music. Parmi ses professeurs, il a Joe Lovano, Mick Goodrick et George Garzone. En été 2000, il participe à des master classes pour jeunes musiciens à Aspen, au Colorado, où il a pour maîtres Herbie Hancock, Brian Blade, Joshua Redman et Christian McBride. Cette année-là, Dorůžka avait été le seul guitariste sélectionné, sur recommandation de Pat Metheny. En été 2002, il participé à la tournée du projet Swinging Europe, dirigé par le pianiste et compositeur Django Bates. Après ses études à Berklee, il vit à New York (2002-2003) où il enregistre le CD Hidden Paths, qui remporte le prix Anděl 2004 du Meilleur album dans la catégorie Jazz & Blues. Depuis fin 2003, Dorůžka vit à nouveau en Europe, où il se produit avec son trio ou en quatuor avec la chanteuse suédoise Josefine Lindstrand.
David Dorůžka s’est produit dans divers importants festivals aux États-Unis (Monterey, Cleveland et autres), au Canada (Montréal), et à travers l’Europe (Vienne, Copenhague, Varsovie, Athènes…). Il a également joué en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en France, en Espagne, au Portugal, en Suède et en Slovaquie. Parmi les musiciens avec lesquels il a collaboré, nous comptons, entre autres, Jorge Rossy, Django Bates, Tiger Okoshi, Perico Sambeat, Albert Sanz, Rodney Green, Orrin Evans et Kenwood Dennard, Phil Wilson, Greg Hopkins, Don Grusin et bien d’autres.

www.daviddoruzka.com

Dans le cadre de la semaine spéciale du festival international de musique du Printemps de Prague au Centre tchèque de Paris.

www.festival.cz

 

 

Vendredi 8 avril 2011

Double plateau : Jean Roch Waro et Karina Duhamel

Jean Roch Waro, bohémien moderne, est un rêveur d'une rare fraîcheur, d'une rare sensibilité. Au cœur des années 80, sa tendre enfance chaloupe entre le rock'n'roll brut de fonderie de la Vallée de la Fensch et les rythmes Séga de la Réunion natale de son grand-père. A 15 ans, il forme son premier groupe. A 20 ans, il ouvrira les concerts de Meteors, Noir Désir, Paul Personne, Pigalle et CharlElie Couture. Viendra alors le temps de l'émancipation, guitare à l'épaule : New York (The Living Room...), Paris (Guinguette Pirate, Glaz'Art...), Berlin (Franz Club...). Enfin, son amour grandissant pour le jazz et son intérêt particulier pour la musique de John Coltrane, Chet Baker, Thelonious Monk ou Gabriel Fauré... lui font naturellement croiser le chemin de Steve McCraven, batteur virtuose d'Archie Shepp. Steve est séduit par les compositions de Jean Roch et rejoint le projet. C'est ainsi qu'en 2004, naît le Jean Roch Waro Music Gang, composé de Steve McCraven à la batterie, Edouard Romano à la trompette, julien Petit au saxophone, Stephane Glanois à la basse et Jean Wende à l'orgue Hammond.

www.myspace.com/jeanrochwaro

www.myspace.com/karinaDuhamelsinger

 

 

Vendredi 21 avril 2011

David Laborier Trio

Modern jazz luxembourgeois

David Laborier, guitare ; Boris Schmidt, contrebasse ; Michel Mootz, batterie

 

David Laborier débute la guitare à l’âge de 13 ans et suit les cours de la section de jazz du Conservatoire de Musique de la Ville de Luxembourg avant de partir étudier au Berklee College of Music de Boston avec Richie Hart, Eddie Tomassi, Garrison Fewell et Jon Damian. Diplômé du Bachelor of Music en 1999, il se produit comme sideman et leader en Europe et aux Etats-Unis. David Laborier a enseigné à la Westerhoff School of Music and Art et à la Sylvan Academy of Music, deux écoles du New Jersey, lorsqu’il vivait aux Etats-Unis. Après son retour en Europe, il continue sa formation au Conservatoire Royal de La Haye aux Pays-Bas, où il obtient son Master’s degree dans la classe de Eef Albers. En 2006, il a est nommé Professeur au département de jazz du Conservatoire de Musique de la Ville de Luxembourg.

Son premier album, enregistré en 2003 en trio (guitare, orgue et batterie), présente des compositions originales orientées au style des trios classiques. En 2004 il rejoint les rangs du label WPR, sortant l’album ‘Tease’ qui se distingue par son contenu musical très personnel qui associe des influences fusion, cool et modern jazz. L’album obtient d’excellentes critiques.

La dernière réalisation personnelle de David Laborier pour WPR Jazz, intitulé « Ye Ole Truckstop » paraît en mars 2007. Cet album comprend dix nouveaux titres reflétant l’évolution du travail musical du groupe, tant en ce qui concerne le concept que les compositions. Le David Laborier Band (avec le bassiste Boris Schmidt, le batteur Michel Mootz et le pianiste Marc Mangen) se produit fréquemment au Luxembourg, en Belgique, en France, en Autriche et en Allemagne.

David Laborier participe à de nombreux projets au Luxembourg et dans la Grande Région, où il s’engage en tant que guitariste, arrangeur et compositeur. Ainsi il travaille avec la chanteuse jazz Leana Sealy avec laquelle il a enregistré les disques « On The Street Where You Live » (2004) et « Undecided » (2009). David Laborier est également membre du groupe Largo de Gast Waltzing, qui vient de sortir son nouvel album « It’s All About Us » (2009). Il enregistre avec la chanteuse Maggie Parke (« Ever », 2006), ainsi qu’un projet qui réunit cinq chanteuses luxembourgeoises (« Luscious Ladies Project », 2008). Avec ces deux derniers projets, il fait régulièrement des excursions dans le domaine pop/rock. Pendant ces dernières années, David Laborier s’est régulièrement produit avec l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg sous la direction de Gast Waltzing, dans le cadre de concerts « pops », notamment avec des invités comme entre autres Didier Lockwood, les New York Voices, le multi instrumentaliste James Morrison. Il joue, arrange et compose pour l’Orchestre National de Jazz du Luxembourg qui s’est produit avec Didier Lockwood, George Duke et Paquito D’Rivera. David Laborier a travaillé avec Rhoda Scott, avec le Paquito D’Rivera Sextet et avec le musicien indien Deobrat Mishra. Il a composé des musiques de film et s’est produit à l’occasion de différents festivals p.ex. en Grèce, en Roumanie, au Vietnam, au Portugal en Allemagne, en France et au Luxembourg.

www.wpbooking.com/artists-david-laborier-trio.html

Proposé en coproduction avec l’Ambassade du Luxembourg.

 

 

Vendredi 6 mai 2011

Bobby Few Trio

Modern jazz 

Bobby Few, piano ; Harry Swift, contrebasse ; Ichiro Onoe, batterie

 

Bobby Few est né à Cleveland, dans l'Ohio, aux Etats-Unis. Son père écoutait sans cesse du jazz, sa mère jouait du violon et son oncle de la trompette. Bien qu'issu d'une famille très religieuse, son grand-père était pasteur d'une église baptiste , Bobby n'aime pas aller à l'église mais il vit entouré de chorales de gospel qui ont certainement nourri la spiritualité de sa musique. Dès l'âge de 7 ans,  Bobby étudie le piano puis poursuivra, plus tard, l'étude de la théorie musicale et de la composition au Cleveland Institute of Music. Dès 16 ans, il commence à jouer dans des clubs de jazz de Cleveland . Il a même l'immense chance de jouer entre les sets d'un concert d'Ella Fitzgerald qui, attendrie par la jeunesse de Bobby, l'encouragera chaleureusement… Très vite, Bobby crée son propre trio et se produit aux Etats-Unis. Au début des années 60, son ami d'enfance, Albert Ayler, l'aide à faire le grand saut : il lui conseille de partir pour New York. C'est là qu'il enregistre son premier disque avec Booker Ervin « The In Between  » puis un second avec Albert Ayler intitulé «  Music Is The healing Force of The Universe  », tous deux récemment réédités. Il jouera également avec Brook Benton, un chanteur de rhythm and blues, qu'il accompagnera à travers le monde et dont il deviendra le directeur musical. Ensuite, concert après concert, la kyrielle d'artistes avec lesquels il travaille sont des plus prestigieux : Archie Shepp, Kenny Clarke, Frank Wright, Jo Henderson, Woody Shaw, Sunny Murray, Roland Kirk, Nat Adderley, Frank Foster, David Murray, Bill Dixon, Albert Ayler ou encore Steve Lacy qu'il accompagnera à travers l'Europe, les Etats-Unis et le Japon de 1980 à 1992. Durant sa longue et riche carrière, Bobby Few a également collaboré à plus de 70 enregistrements dont le dernier en date, « Heavenly Places  », en duo avec Avram Feffer et produit par Box Holder Records (New York). Installé à Paris depuis 1969 où il a trouvé son équilibre artistique et intellectuel, Bobby Few dirige, depuis 1993, ses propres formations qui vont du trio au quintet.

www.bobby-few.com

 

 

Vendredi 13 mai 2011

Ondřej Štverářek Quartet 

Modern jazz tchéco-slovaque

Ondřej Štveráček, saxophone ; Ondřej Krajňák, piano ; Tomáš « Kaštan » Baroš, contrebasse ; Marián Ševčík, batterie

 

Le saxophoniste ténor Ondřej Štveráček est une des personnalités majeures de la scène de jazz tchèque. Le son de instrument, qu’il maîtrise à merveille, rappelle la couleur légendaire du saxophone de John Coltrane. En plus de ses propres compositions, de plus en plus nombreuses (dans l’esprit du Blue Note des années 60), le Ondřej Štveráček Quartet joue également des œuvres de Coltrane, justement. Štveráček est l’interprète d’un répertoire choisi et ses solos, dotés d’un son puissant et pénétrant, éblouissent le public.

www.myspace.com/ondrejstveracekband

Proposé en coproduction avec l’Institut culturel slovaque.

  

 

Vendredi 20 mai 2011

René Miller’s Wedding Band

Jazz & blues

René Miller, guitare, chant ; Chris Hudson, trombone à coulisse ; Tim Puckett, saxofone ; Jeff Halam, contrebasse ; Johnathan Dickinson, batterie

 

Depuis sa formation à Paris en Automne 2000, le René Miller's Wedding Band a fait sa place sur la scène musicale de Paris. Le groupe a commencé à jouer ensemble dans les rues et est devenu une des formations les plus dynamiques de la ville. Les membres de l'orchestre sont tous des Américains vivant à Paris et qui ont travaillé avec les plus grands noms du jazz et du blues y compris avec Phil Woods, Lena Horne, Steve Lacy, Corey Harris et dernièrement avec Stanley Turrentine pour ne nommer qu'eux.
Le René Miller's Wedding Band a créé un son unique qui mélange jazz, blues, gospel, dixieland et même des éléments de pop music avec une émotion, une énergie tout droit sorties de Bourbon Street.

www.therenemillersweddingband.com

 

 

Vendredi 27 mai 2011

Sebastian Avispa

Flamenco, folk, soul

 

Guitares acoustiques, Cajon, Contre Basse et voix c'est toute la subtilité et l'originalité sur scène du groupe de Sebastian Avispa : "Un univers Bleus/Folk version italo-andalou". Auteur compositeur et interprète, il crée toute son originalité de ses racines métissées entre l'Italie et l'Andalousie. Son regard moderne sur le flamenco ou la musique latine en général, s'inspire de son âme de musicien Gospel. Sa manière profondément Soul de composer est un savoureux mélange de toutes ces musiques puisées au coeur d'un Paris cosmopolite .Il nous invite au voyage à travers le sud ou les influences du monde percutent tendrement la Soul, parfois le son funk ; le tout arrosé de merveilleuses poésies insufflées de Pablo Neruda ,de Federico Garcia Lorca ou de Carlos Gardel... C'est à Grenade, terre d'origine, qu'il écrit son premier album"caminos de tierras" distribué par MOSAIC Music, accompagné de Martin Gamet(Camille ,Renan Luce...) et Julien Omé(le monde de kota,Rockin'chair...) Très vite il s'impose dans toute l'Espagne, dont plusieurs concerts dans le fief de la nouvelle scène flamenco - World à Madrid «el Cardamomo». Là, il côtoie les plus grands tels que Diego Cigala, la famille Carmona, Pirana, Javier Limon (producteur de Paco de Lucia, Luz Casal...)Chick Corea ou encore Ramon el Portugués. Fort de ses expériences, ses chansons apparaissent sur les compilations "Collection Latina 2007", «Latin Vibe» et «Cuba noche» respectivement éditées par Wagram, Naïve et Next Music. Aujourd'hui,Sebastian travail à l'élaboration d'un second album, toujours plus ouvert, en Espagnol mais aussi en Anglais et Français .Sa couleur Folk se détermine par l'utilisation de guitares acoustiques et électriques mais aussi par d'autres instruments populaires de terroires comme le Banjo,le Charango ,le Ukulélé ou l'Harmonica. Ses textes inspirés de sa propre expérience et de ses observations au cours de ses pérégrinations à travers le monde, racontent l'amour et la passion , la difficulté à s'accomplir ou tout simplement à etre heureux 

www.myspace.com/sebastianavispa



 

Vendredi 3 juin 2011

Soirée spéciale cajun et dégustation de Gumbo

Emilie Vidrine (USA, music cajun de Louisiane) avec Samuel & Vincent Guiarusso (accordéon & violon) et Anne Gourraud (contrebasse)

www.youtube.com/watch?v=WWF_ZGU9moQ&feature=related

 

 

 

 

Vendredi 10 juin 2011

Jan Schumacher Quartet

Modern jazz

Jan Schumacher, trompette, bugle ; Richard Turegano, piano ; Yoni Zelnik, contrebasse ; Maxime Fleau, Batterie

 

Le Jan Schumacher Quartet propose un jazz acoustique épuré et sensuel. Faite d’exigence et de liberté, la musique se déploie en longues arabesques, s’abandonne à l’énergie d’une improvisation, se suspend au mystère d’une percussion orientale. Attachés à faire éclore la matière de leur instrument, à en explorer le grain, les musiciens privilégient le dialogue, portés jusqu’à la symbiose par un projet commun.

www.myspace.com/schumacherquartet

 

 

Vendredi 17 juin 2011

Belleville cats

Rythm & Blues

 

Dans un chaudron en fonte importé directement de la Nouvelle Orléans, vous versez tout d’abord de larges rasades d’un rock’n roll bien frais que vous aurez auparavant choisi soigneusement sur les étals des marchés de Memphis ou de San Antonio. Vous touillez alors vivement en versant régulièrement de bonnes doses d’un rhythm and blues bien bouillant déjà mitonné à l’aide de divers éléments bien épicés tels que de la feuille de Gene Vincent, de la racine de Chuck Berry ou de l’écorce de Fats Domino. C’est le moment crucial ! Quand le mélange est homogène, vous le retirez du feu et à peine l’ébullition redescendue, vous ajoutez d’un seul coup un saladier entier de rock mid-sixties façon Stones ou Yardbirds et, pour faire bonne mesure, une bonne pincée de Bo Diddley Vanillé. Mais le travail ne s’arrête pas là. A ce point de notre préparation, vous laissez mijotez doucement durant quatorze années (les Belleville Cats sont nés en septembre 1995). Lorsque vous sentirez le doux fumet de votre plat devenir franchement capiteux, il sera temps de passer à la phase finale : l’incorporation progressive d’une brandade bien pimentée de soul et de funk achetée dans n’importe quelle boutique James Brown, Sly Stone ou Wilson Pickett. Vous allez sans doute penser qu’il est temps à ce moment de servir mais c’est oublier un peu vite un détail essentiel : la présentation ! Vous allez donc orner votre plat à la dernière minute avec quelques rondelles de Tamla-Motown et diverses graines de pub-rock (la maison Dr Feelgood en fournit d’excellentes) qui seront du meilleur effet. Ultime recommandation : le Belleville Cats est un plat qui se déguste avec de bonnes chaussures de danse aux pieds et une bonne humeur communicative. N’hésitez donc pas à vous munir de ces deux ingrédients indispensables à une bonne soirée entre amis tout en gardant bien en tête qu’avec les Belleville Cats, la musique est peut-être noire mais que vos nuits seront à coup sûr blanches !

La formation se compose actuellement de Colo à la guitare et aux chœurs, de Hafid à la batterie, d’Antoine et Jean-Luc à la basse et aux chœurs, de Mickey Blow à l’harmonica et de Kamel au chant et à l’harmonica.

www.myspace.com/bellevillecats